Quel avenir pour l'éolien offshore français ?

La transition énergétique a pour épicentre le développement des filières énergie renouvelable et énergie éolienne. En France, la technologie de l’éolien offshore est relativement récente. Les éoliennes en mer, principalement installées aux larges des côtes, nécessitant davantage de technicité dans leur implantation, ont un fonctionnement à peu près semblable à celui des éoliennes terrestres. La France, qui dispose pourtant d’un grand potentiel dans le domaine, en ce sens qu’elle possède le deuxième gisement éolien d’Europe, a tardé à se lancer dans la construction des parcs éoliens offshores. Le secteur est d’ailleurs dominé par le Danemark et l’Allemagne, à travers respectivement les compagnies Vespa et Siemens.

 

L’avancée des parcs éoliens en France

 

Bien qu’elle ait pris du temps à se lancer véritablement dans ce processus de transition énergétique, la France s’est engagée ces derniers temps dans une recherche effrénée de nouvelles filières industrielles, à l’effet de rattraper son retard. La filière éolienne française, après plusieurs mois d’atermoiements et de négociation, peut désormais se réjouir du travail accompli. En effet, en juin 2018, Emmanuel Macron a confirmé que les 6 projets de parcs éoliens offshores, lancés depuis 2014 sur les côtes françaises, seront réalisés jusqu’en 2024.

 

Les avantages et inconvénients de cette transition énergétique

 

Le principe de l’éolien offshore est séduisant et avantageux sur les plans écologique et économique. C’est une source d’énergie renouvelable propre, durable, voire infinie (puisqu’elle utilise le vent). En mer, il n’est pas nécessaire d’utiliser un carburant. II n’y a donc pas de risque de production de gaz à effet de serre nocif pour la santé et l’environnement. L’avantage économique ressort du fait que l’éolien offshore, dans les domaines de l’étude, de la fabrication, du montage et de la maintenance, permet la création de centaines, voire de milliers d’emplois. En France, les 6 projets de parcs éoliens lancés vont générer 15000 emplois directs. Pour ce qui est des inconvénients, les critiques formulées à l’endroit de l’énergie éolienne en mer sont nombreuses. Cela comporte des risques esthétiques et environnementaux. Les amoureux de la nature et des beaux paysages sont les plus enclins à porter des critiques sur ce côté non-esthétique qu’apporte ces éoliennes. Même lorsque les installations en fin de vie seront démantelées, il restera toujours le socle en béton. Un autre souci est relatif à la conciliation des activités de pêche en mer et le développement de l’éolien offshore. De nombreuses associations commencent d’ailleurs à donner de la voix pour dénoncer cela. En outre, les écosystèmes marins pourraient être négativement affectés, comme le démontre l’étude de l’UICN rendue public en 2010.

 

L’impact de l’éolien en mer sur le prix de l’électricité

 

L’éolien offshore aura indéniablement un impact sur le coût de l’énergie électrique renouvelable. La transition énergétique qu’elle implique entraînera le remplacement des énergies onéreuses. Selon les résultats d’une étude macroéconomique menée en France, il est établi qu’en 2030, l’énergie éolienne fera baisser le prix de l’électricité jusqu’à 10%. En d’autres termes, chaque MWh éolien qui sera produit entraînera une économie de 10 euros à chaque consommateur français.

 

 

 

Pour en savoir plus:

france-services.fr - copyright - 2017

MENTIONS LEGALES